01/02/2011

En 1881 et 1882, l'enseignement devient gratuit, puis obligatoire

Dés 1876 le conseil constate que la maison d’école située près de l’église est insalubre (l’indép du 29 mars) et envisage la construction d’un ensemble scolaire-mairie mais la tâche va être rude.

Une première approche en 1876 : Lors d’un conseil municipal du 9 juillet l876, le maire M. Montpellier attire l’attention de son Conseil sur la vétusté des locaux de l’école :  « En effet l’école et le logement de l’instituteur adossés au nord à une partie de terre et de rocher la rendent d’une humidité très préjudiciable à la santé des élèves et de l’instituteur surtout, qui est forcément obligé de l’habiter » et indique que suivant la circulaire préfectorale du 29 juin 1876 : le préfet fait connaitre le désir du gouvernement de propager les bienfaits de l’instruction primaire en secondant de tous ses efforts par des subsides, les créations d’école. La commune de Roullens n’est pas très riche, en juillet 1876 le plan déposé par M. Gleizes, conducteur des ponts et chaussées n’a pas été approuvée.

Enseignement obligatoire et gratuit : Plusieurs lois, à quelques années d’intervalle, vont permettre aux communes de scolariser leurs enfants dans des lieux et locaux plus adaptés et construits selon des critères bien définis. Tout d’abord celle du 1er juin 1878, qui permet d’obtenir des aides spécifiques à la création et l’amélioration des bâtiments scolaires. Puis ensuite viennent celle du 16 juin 1881 instaurant la gratuité absolue de l’enseignement et celle du 28 mars 1882 rendant l’enseignement primaire obligatoire.

 

Extrait délibérations du 16 aôut 1885 CM.jpg

 Extrait des délibérations du conseil municipal du 16 août 1885

 

Nouvelle tentative en 1881: Le problème de l’insalubrité des locaux de l’école n’est pas nouveau et quelques années plus tard il se repose, mais là, l’état vient en aide aux communes nécessiteuses. Le 15 mai 1881 le Conseil municipal décide la construction d’une nouvelle école, les plans et les devis de cette nouvelle école sont confiés à M. Esparseil architecte.

Les réunions se succèdent mais les conseillers vraisemblablement ne sont pas tous du même avis, de ce fait l’achat éventuel du terrain est reporté. Devant une telle inertie une commission est nommée et à en charge la recherche de terrain pour la construction de cette école. 

Les réunions se succèdent mais les conseillers vraisemblablement ne sont pas tous du même avis, de ce fait l’achat éventuel du terrain est reporté. Devant une telle inertie une commission est nommée et à en charge la recherche de terrain pour la construction de cette école. 

Des priorités : Difficile d’établir des priorités, certains veulent la construction de la mare, d’autres celles des fontaines. A la lecture des délibérations, le constat de mésentente est flagrant d’autant plus que les deux terrains susceptibles d’achat appartiennent pour l’un, au maire en place, et pour l’autre à l’ancien élu. Prochainement la décision va être prise. Une autre page d’histoire va se tourner et sera bientôt relatée.  

article publié le 23 mai 2010